Aller au contenu principal

La saison des asperges commence doucement

Les asperges blanches ont pointé le bout de leur nez ce mois-ci. L’occasion de revenir sur le début de cette nouvelle saison qui démarre doucement avec des températures plutôt basses.

Les asperges sont bel et bien de retour depuis ce mois d’avril. À la Ferme du Lieu neuf, à Romorantin-Lanthenay, la saison des asperges a commencé le 12 avril. « Pour l’instant nous ne sommes pas trop débordés, les asperges poussent lentement avec ces températures plutôt basses », explique l'exploitante Ginette Riollet. Avec trois hectares d’asperges et le tri réalisé à la main, les matinées sont bien chargées. « Nous récoltons les asperges tous les matins jusqu’à 13 heures », détaille l'exploitante. Les deux variétés majoritaires d’asperges blanches de la Ferme du Lieu neuf sont la Cumulus et la Grolim. « Les aspergeraies durent en moyenne six ans au même endroit, sachant que les deux premières années on ne peut pas cueillir. Il faut de la terre sableuse et saine », explique Nicolas Riollet, le gérant.

Des asperges bien fraîches

À peine la récolte effectuée, l’agricultrice s’affaire au tri des asperges tout juste sorties de terre. « Nous n’avons pas de trieuse, je le fais à la main pendant la récolte. Nous ne lavons pas les asperges, elles restent avec la terre et les clients apprécient car elles se conservent bien ainsi », affirme Ginette Riollet.

Pour la ferme qui possède 70 vaches en traite et qui transforme les produits directement sur l’exploitation, les asperges sont des produits d’appel pour attirer les clients. « Nous avons des asperges et des fraises. C’est important de se diversifier, cela permet de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier », admet l’exploitante agricole. Toute la récolte des asperges est vendue en vente directe. Il n’y a aucun stock. « Ce qui est cueilli le matin est vendu dans la journée. Nous ne vendons que très rarement des asperges de la veille. Les clients veulent des asperges fraîches, donc c’est très bien ainsi », précise Ginette Riollet. En termes de prix, ces derniers sont stables et les ventes se passent bien pour l’instant.

Difficulté pour la main-d’œuvre

Pour les asperges, ce qui pose problème est la difficulté à trouver de la main-d’œuvre pour la récolte chaque année. Même si cette saison la Ferme du Lieu neuf a réussi à trouver des saisonniers pour toute la période de récolte, cela n’a pas été évident. « Nous avons passé des nuits agitées. Nous nous demandions comment nous allions faire si nous ne trouvions pas la main-d’œuvre. Heureusement, nous avons finalement trouvé des personnes motivées qui ont appris vite », explique l’agricultrice.

La cueillette se fait à l’aide d’une machine qui soulève le plastique et porte les caisses d’asperges. Le travail est ainsi moins difficile pour les cueilleurs. Même si actuellement la cueillette se passe correctement au sein des aspergeraies de la Ferme du Lieu neuf, Ginette Riollet espère que la main-d’œuvre ne fera pas défaut les prochaines années afin de conserver cette culture.

Ce qui est certain, c’est qu’avec les températures plus élevées de mai, les consommateurs seront ravis de pouvoir déguster de belles asperges blanches bien fraîches.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Vendredi 9 février, à Chartres. Bertrand Petit (à d.) a présidé la 78e assemblée générale de la FNSEA 28.

La FNSEA 28 dresse un premier bilan des actions en assemblée générale
La 78e assemblée générale de la FNSEA d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 9 février à Chartres. L'occasion de faire le point…
Blocus de Paris : les agriculteurs font le siège sur l'A10 [VIDÉO]
Initialement installés à Longvilliers pour tenir le blocus de Paris, les agriculteurs ont progressé jusqu'à Janvry où ils ont été…
Les dernières mobilisations ont permis d'obtenir des avancées.
Synthèse des avancées obtenues
140 points et mesures ont été demandés par la FNSEA et JA. Voici un résumé en douze points des avancées obtenues et des mesures à…
Sur l'A1, une centaine de tracteurs des agriculteurs de la FDSEA et des JA Val-d'Oise et Oise « tiennent la position » sur l'aire de Chennevières depuis lundi midi. Une opération escargot s'est tenue mercredi 31 janvier sur les routes secondaires. Ils devaient être rejoints par les agriculteurs du Nord mercredi et jeudi.
Acte 2 : le siège de la capitale
À la suite des « annonces insignifiantes » du Premier ministre et à son « attitude désinvolte » à l’égard des agriculteurs…
Mercredi 24 janvier, de nombreux agriculteurs ont rejoint des supermarchés, dont notamment le Leclerc de Blois, pour échanger avec les consommateurs et mettre des étiquettes sur les produits alimentaires créant une concurrence déloyale.
La mobilisation des agriculteurs s’intensifie en Loir-et-Cher
Les deux syndicats agricoles, FNSEA 41 et Jeunes agriculteurs de Loir-et-Cher, continuent leurs actions sur le territoire…
Publicité