Aller au contenu principal

Département
Les Amandes de Pithiviers : des amandes 100 % Loiret

Mardi 26 janvier, Vinci autoroutes et la SAS Les Amandes de Pithiviers ont signé une convention pour le lancement d’une activité de valorisation de l'amande loirétaine.

Située au nord d’Orléans, l’autoroute A10 traverse de nombreuses communes rurales loirétaines. L’aménagement de cette voie rapide bénéficie de la démarche ERC : Éviter, réduire, compenser.

Cette démarche donne la priorité aux mesures d’évitement, puis de réduction de l’impact, et définit, si besoin, des mesures de compensation afin d’apporter une contrepartie positive aux impacts résiduels du projet. Un diagnostic agricole a donc été réalisé en 2017 afin de permettre d’identifier des leviers pertinents pour créer de la valeur ajoutée sur le territoire.

En 2020, un appel à projets a alors été lancé par Vinci autoroutes et la chambre d’Agriculture du Loiret. Les projets proposés devaient avoir pour finalité d’améliorer la production, de favoriser les circuits de proximité ou encore promouvoir la qualité « made in Loiret ».

Quatre projets ont été retenus dont celui de la SAS Les Amandes de Pithiviers.

La SAS Les Amandes de Pithiviers est sortie de terre en 2020. Douze agriculteurs se sont lancés dans la plantation d’amandiers afin de proposer une amande 100 % locale. Cette initiative s’est vue allouer par Vinci autoroutes une subvention de 100 000 euros qui a d’ores et déjà permis aux agriculteurs de planter les 8 000 premiers amandiers de cette nouvelle micro-filière agricole.

Amandiers
Jean-Eudes Lavo, président de la SAS Les Amandes de Pithiviers, a planté 1 300 amandiers sur ses parcelles.

Localisés dans le Pithiverais, en Eure-et-Loir et en petite Beauce, ces amandiers produiront sept tonnes d’amandes d’ici à cinq ans. Avec ces premières plantations, le Pithiverais a ainsi pu obtenir la labellisation « Site remarquable du goût », un gage de promotion pour le territoire et une première en Centre-val de Loire.

Le président de la SAS Les Amandes de Pithiviers, Jean-Eudes Lavo, explique les raisons qui l’ont poussé à répondre à cet appel à projets : « J’ai eu connaissance de cet appel à projets en janvier 2020. En analysant son cadre, j’ai constaté des passerelles naturelles entre ses demandes et l’esprit de la SAS. C’est pour cela que j’ai décidé d’y répondre ».

Il détaille : « J’ai tout de suite pensé que cela pouvait être un accélérateur de projet et je ne me suis pas trompé. Début 2020, nous étions déjà cinq agriculteurs à avoir planté des amandiers. Au-delà de l’acte de production, il s’agit d’une véritable opportunité pour préparer la transformation et la mise en marché à venir. Pithiviers a une longue histoire avec l'amande, c'est l’ADN du projet car nous sommes intimement convaincus que l'ancrage territorial est un atout ».

Mardi 26 janvier dernier, la signature de la convention entre Vinci autoroutes et la SAS Les Amandes de Pithiviers a pu se faire à Estouy, dans le respect des gestes barrières.

Amandes
Mardi 26 janvier, lors de la signature de la convention. De g. à d. : Monique Bevière, Jean-Marie Fortin, Jean-Eudes Lavo, Marc Gaudet, Thierry Maillé et Marc Bouron

Thierry Maillé, directeur opérationnel au sein de la maîtrise d’ouvrage de Vinci autoroutes, et Jean-Eudes Lavo ont ainsi signé la convention de subvention en présence de Marc Bouron, directeur général adjoint de Vinci autoroutes, Marc Gaudet, président du conseil départemental du Loiret, Jean-Marie Fortin, président de la chambre d’Agriculture du Loiret, et Monique Bevière, présidente du Pôle d’équilibre territorial et rural du Pithiverais.

Chacun a félicité cette initiative qui s’inscrit dans une démarche plus globale d’un Projet alimentaire territorial (PAT) appelé « Mangeons Loiret ».

Impulsé par le conseil départemental et la chambre d'Agriculture du Loiret, ce projet a pour ambition de relocaliser l’alimentation des Loirétains. Le Loiret est le quatrième département à être labellisé en 2020 par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation pour son PAT.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité