Aller au contenu principal

Les Coteaux romanais, une coopérative ambitieuse et toujours en développement

La coopérative viticole des Vignerons des Coteaux romanais est un acteur important de la viticulture du Loir-et-Cher. Denis Bourdin, son président, et Sylvette Morin, sa directrice, reviennent sur le millésime 2023 et l’actualité de la coopérative.

Denis Bourdin, président de la cave coopérative des Vignerons des Coteaux romanais, ainsi que Sylvette Morin, sa directrice, reviennent sur l'actualité de la coopérative ainsi que sur les projets pour 2024.
Denis Bourdin, président de la cave coopérative des Vignerons des Coteaux romanais, ainsi que Sylvette Morin, sa directrice, reviennent sur l'actualité de la coopérative ainsi que sur les projets pour 2024.
© L.B./Horizons

La cave coopérative des Coteaux romanais est composée de vingt viticulteurs adhérents pour une superficie de 254 hectares. Il y a quelques années, la superficie était de 190 hectares seulement. « Les deux tiers de la surface sont exploités par des viticulteurs de moins de 50 ans. Il y a eu un fort renouvellement des générations ces dernières années », affirment d’une seule voix Denis Bourdin, président de la coopérative, et Sylvette Morin, sa directrice. Avec ce renouvellement des générations, les projets au sein de la coopérative ne manquent pas, grâce notamment à des adhérents fortement impliqués.

Une nouvelle cuvée bio

La coopérative compte actuellement 70 % de la surface totale en HVE (Haute valeur environnementale) et une petite dizaine de pourcents en bio. « Nous répondons au marché avec bon sens. Notre travail est d’accompagner les viticulteurs à changer leur méthode et leurs pratiques quand c’est possible. Mais il n’est pas obligé pour autant d’avoir une certification pour bien travailler », précise la directrice de la coopérative.

Face à l’envie d’une exploitation viticole adhérente de se lancer en conversion bio, la coopérative s’est activée pour trouver des marchés tout en s’adaptant. Le millésime 2023 fera donc date avec la première vinification de 1 400 hectolitres en 100 % bio. « C’était au départ une démarche personnelle de la part du viticulteur. Nous respectons la philosophie de chaque adhérent », souligne Sylvette Morin. La commercialisation de cette nouvelle cuvée bio se fera à la fois en France et à l’export, vers des pays comme les États-Unis.

Des projets

2023 restera une belle année pour le monde viticole loir-et-chérien. « En 2023, nous avons fait une grosse récolte avec des maximums de rendement de 64 hectolitres en moyenne largement atteints », détaille Denis Bourdin. Même si les vendanges ont été positives, il faut toutefois rester en alerte techniquement avec des raisins de plus en plus chauds. « Nous récoltons des raisins plus fragiles. Il faut être vigilants lors de la vinification », assure la directrice de la coopérative. C’est d’ailleurs pour cela qu’une nouvelle personne a rejoint les rangs de l’équipe des Coteaux romanais avec un nouveau poste pour cartographier le parcellaire. « Il faut être au plus juste et pour cela, nous avons besoin de sélectionner au mieux l’univers aromatique du vignoble », expliquent conjointement Denis Bourdin et Sylvette Morin.

Des investissements ont d’ailleurs été réalisés pour améliorer la cuverie, avec notamment la vinification séparée de la cuvée bio, ainsi que des évolutions constantes sur l'outil. « Nous sommes une coopérative dynamique avec des investissements continus sur les outils de vinification. Avec un produit vivant comme le vin, nous sommes obligés d’être dynamiques et toujours en évolution », affirme le président. Le nombre de bouteilles produites augmente et la coopérative s’agrandira en 2025 avec la création d’un nouveau bâtiment pour le stockage.

Commercialisation vers l’export

Le millésime 2023 sera une belle année pour les rouges comme pour les sauvignons blancs. Un millésime qui devrait donc être prisé par les consommateurs, qu’ils soient français ou étrangers.

La Maison de la Touraine est la vitrine locale de la coopérative des Vignerons des Coteaux romanais permettant de commercialiser 10 à 15 % de sa production.

La grande force de la ­coopérative reste sa capacité à trouver des marchés à l’international grâce notamment à l’export vers des pays comme les États-Unis, les Pays-Bas ou encore l’Australie et le Japon, entre autres. Avec 90 % de ses vins en appellations Touraine et Touraine-Chenonceaux et 10 % en IGP Val de Loire, les vins des Coteaux romanais séduisent les consommateurs malgré un léger ralentissement. « Nous sommes un produit plaisir et bien évidemment l’inflation a pesé sur les ventes, mais dans l’ensemble, c'est stable », explique Denis Bourdin. Même si, avec la hausse des matières premières et de l’énergie, la situation est tendue au niveau de la trésorerie, la coopérative réussit toujours à innover avec par exemple une nouvelle cuvée de sauvignon qui sortira cette année.

Pour les amoureux du vin, la ­coopérative ouvrira ses portes samedi 13 juillet prochain et fêtera pour l’occasion les 10 ans de la Maison de la Touraine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Philippe Girardot.
« Entretien des jachères en Seine-et-Marne : une seule et même date d’interdiction pour tout le département, du 10 mai au 1er juillet »
Le président de la commission faune sauvage de la FDSEA 77, Philippe Girardot, explique l'harmonisation les dates d’…
Marc Langé quitte la présidence de l'AIEL.
Irrigants : « J'ai annoncé que je me retirais de la présidence de l'AIEL »
L'assemblée générale de l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL) s'est déroulée le 25 mars à Chartres. Le point…
À La Boissière-École (Yvelines), le 14 mars. La responsable d'élevage de la Ferme de la Tremblaye, Bérénice Giot, a largement participé à la conception des nouveaux bâtiments de l'atelier bovin.
Ferme de la Tremblaye : une révolution opérée grâce aux nouveaux bâtiments
Au confins de l'Eure-et-Loir et des Yvelines, la Ferme de la Tremblaye a déménagé tout son cheptel bovins dans des bâtiments…
À Chaingy (Loiret), jeudi 14 mars. La FNSEA 45 a organisé une rencontre
pour mettre à l'honneur la filière orge brassicole.
Du grain d'orge à la bière, les coulisses d'une réalité agricole
À l'occasion de la Saint-Patrick, la FNSEA du Loiret a mis en lumière la filière orge brassicole. Rendez-vous était donné à la…
[VIDÉO] Arnaud Rousseau réagit après le congrès FNSEA
À l'issue des trois jours de congrès qui se sont achevés par un discours du ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, jeudi 28…
« Betteraves 2024 : des semis sous pression »
Jean-Philippe Garnot, président de la CGB* Île-de-France, alerte sur l'absence de solutions face à la jaunisse virale de la…
Publicité