Aller au contenu principal

Les métiers de la filière viande, des métiers passion

Une soirée dédiée aux vidéos métiers de la filière viande, une initiative d’Interbev Île-de-France, s’est tenue à Paris le 7 décembre.

L’École nationale des métiers de la viande à Paris accueillait jeudi 7 décembre une soirée organisée par Interbev Île-de-France sur l’attractivité des métiers de cette filière. Depuis 2020, l’interprofession régionale a réalisé onze vidéos qui couvrent l’ensemble des métiers de la viande, de l’éleveur au boucher ou cuisinier. Chaque vidéo met en avant des professionnels de la région.

« L’attractivité des métiers est une des priorités d’Interbev Île-de-France au sein de l’École de la boucherie que je préside », a insisté Jean-Raymond Dumas, boucher et président d’Interbev Île-de-France, alors qu’en France la filière élevage et viande durable emploie plus de 500 000 personnes. Si en Île-de-France la filière est dominée par l’aval, l’élevage n’en reste pas moins une source de viande locale et de biodiversité. L’idée de réaliser des vidéos a germé face aux difficultés à présenter ces métiers aux collégiens. Il est en effet plus facile de les toucher en s’appuyant sur le digital.

Dynamiques et attractives, ces vidéos ont été réalisées par des professionnels, dont le réalisateur Favio Fischer, présent lors de cette soirée, qui a apporté un regard extérieur. « Je ne connaissais ni les décors, ni les métiers, ni la passion qui les entoure. Cela reste une expérience formidable qui m’a permis de découvrir de multiples choses, même si les premiers tournages en pleine crise sanitaire de la Covid ont été compliqués ».

Après la diffusion d’images résumant les différentes vidéos, une table ronde animée par le directeur d’Interbev Île-de-France, Thierry Gibilaro, donnait la parole au réalisateur et à certains protagonistes qui sont revenus sur le tournage et ont évoqué leur activité.

« Un métier passion », c’est ce qui ressort du témoignage de l’éleveur seine-et-marnais Jacques-Pierre Quaak, qui a accueilli le premier tournage aux côtés d’un de ses salariés, Baptiste. « Tous les métiers de cette filière sont des métiers passion. Si on ne l’a pas, c’est difficile de tenir le coup dans la société actuelle ». Ont suivi les témoignages de Claire, responsable qualité au pavillon de la triperie à Rungis, de Christophe Deplanche, grossiste sur le Min de Rungis, de Lise, formatrice en boucherie après une reconversion professionnelle, de Thomas, boucher, et de Margaux, restauratrice de collectivités. L’ensemble des métiers de la viande en Île-de-France est couvert par ces vidéos — il en reste encore une sur les abattoirs à réaliser —, une région qui a la particularité de compter un pavillon viande sur le Min de Rungis mais aucun marché à bestiaux.

Toutes ces vidéos sont visibles sur la chaîne Youtube Interbev Île-de-France.

En chiffres

La filière viande en Île-de-France en quelques chiffres c’est :

  • 29 000 bovins,
  • 39 000 ovins,
  • 4 700 caprins,
  • 178 éleveurs (dont 109 en allaitant, 130 éleveurs engagés en charte de bonnes pratiques d’élevage),
  • 3 500 boucheries artisanales,
  • 3 abattoirs,
  • 1 300 GMS,
  • 90 000 tonnes/an de viande de boucherie au pavillon de la viande à Rungis
  • et 13 350 tonnes/an de produits tripiers au pavillon de la triperie.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Vendredi 9 février, à Chartres. Bertrand Petit (à d.) a présidé la 78e assemblée générale de la FNSEA 28.

La FNSEA 28 dresse un premier bilan des actions en assemblée générale
La 78e assemblée générale de la FNSEA d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 9 février à Chartres. L'occasion de faire le point…
Blocus de Paris : les agriculteurs font le siège sur l'A10 [VIDÉO]
Initialement installés à Longvilliers pour tenir le blocus de Paris, les agriculteurs ont progressé jusqu'à Janvry où ils ont été…
Les dernières mobilisations ont permis d'obtenir des avancées.
Synthèse des avancées obtenues
140 points et mesures ont été demandés par la FNSEA et JA. Voici un résumé en douze points des avancées obtenues et des mesures à…
Sur l'A1, une centaine de tracteurs des agriculteurs de la FDSEA et des JA Val-d'Oise et Oise « tiennent la position » sur l'aire de Chennevières depuis lundi midi. Une opération escargot s'est tenue mercredi 31 janvier sur les routes secondaires. Ils devaient être rejoints par les agriculteurs du Nord mercredi et jeudi.
Acte 2 : le siège de la capitale
À la suite des « annonces insignifiantes » du Premier ministre et à son « attitude désinvolte » à l’égard des agriculteurs…
Mercredi 24 janvier, de nombreux agriculteurs ont rejoint des supermarchés, dont notamment le Leclerc de Blois, pour échanger avec les consommateurs et mettre des étiquettes sur les produits alimentaires créant une concurrence déloyale.
La mobilisation des agriculteurs s’intensifie en Loir-et-Cher
Les deux syndicats agricoles, FNSEA 41 et Jeunes agriculteurs de Loir-et-Cher, continuent leurs actions sur le territoire…
Publicité