Aller au contenu principal

Etiquetage des viandes
Les nouvelles règles se mettent en place

Dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions relatives à l’information des consommateurs, les Etats membres ont adopté, en décembre 2013, le règlement d’exécution de la Commission sur l’étiquetage des viandes porcines, ovines, caprines et de volailles qu’elles soient fraîches, réfrigérées ou congelées.

A partir du 1er avril 2015, il sera obligatoire d’indiquer le lieu d’élevage et le lieu d’abattage de ces viandes.
A partir du 1er avril 2015, il sera obligatoire d’indiquer le lieu d’élevage et le lieu d’abattage de ces viandes.
© JC Gutner

Dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions relatives à l’information des consommateurs, les Etats membres ont adopté, en décembre 2013, le règlement d’exécution de la Commission sur l’étiquetage des viandes porcines, ovines, caprines et de volailles qu’elles soient fraîches, réfrigérées ou congelées. A partir du 1er avril 2015, il sera obligatoire d’indiquer le lieu d’élevage et le lieu d’abattage de ces viandes. La viande bovine n’est pas concernée puisqu’elle fait l’objet déjà d’un étiquetage obligatoire. Pour les viandes issues d’animaux qui changent de pays au cours de la période d’élevage, des règles précises ont été adoptées. Ainsi pour les porcs abattus à plus de six mois, il faudra indiquer le lieu d’élevage des quatre derniers mois. Pour ceux qui sont abattus à moins de six mois et qui pèsent au moins 80 kg, c’est le lieu d’élevage entre la prise de 30 kg et son abattage qu’il faudra indiquer. Pour les ovins et caprins, la période d’élevage sera définie sur la base de plus ou moins six mois. Même règle pour les volailles avec un mois comme référence. Ces nouvelles règles d’étiquetage vont moins loin que ce que souhaitait la France, puisqu’il n’est pas fait référence au lieu de naissance qui prévaut pour la viande bovine (né, élevé, abattu). Néanmoins cet étiquetage « d’origine » sera volontaire. L’opérateur devra apporter la preuve que la viande a été obtenue à partir d’animaux nés, élevés et abattage dans un même Etat membre ou pays tiers. Avant d’entrer en application, le Parlement européen devrait s’exprimer. Un projet de résolution rejetant l’acte d’exécution de la Commission vient d’ailleurs d’être proposé par plusieurs députés. Il sera discuté en Commission de l’Environnement du Parlement européen, mais sans caractère contraignant pour la Commission de Bruxelles.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Betteraves : des solutions en perspective
Le syndicat betteravier régional a tenu son assemblée générale le 19 novembre. L'occasion pour Alexandre Pelé, président de la…
Charlin Hallouin : « J’aime tester en mesurant les risques	».
Charlin Hallouin, céréalier et producteur d’oléagineux
Installé en grandes cultures à Danzé, Charlin Hallouin produit des céréales et des oléagineux. Le président de JA 41 fabrique son…
Cinq étudiants de Nermont projettent un voyage d'étude
Cinq élèves du LEAP de Nermont (Eure-et-Loir) projettent un voyage d'étude vers le sud de la France sur le thème de l'adaptation…
La Région Île-de-France débloque une aide d'urgence sécheresse
La Région Île-de-France vient en aide aux agriculteurs frappés par la sécheresse et la jaunisse de la betterave.
Le 16 novembre, à Chartres. Les Universités du soir de la Chambre sur la certification HVE ont été retransmises en direct sur Youtube.
La certification HVE fait le plein
La chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir a consacré, le 16 novembre, ses 28es Universités du soir au thème de la certification HVE…
Publicité