Aller au contenu principal

Les P'tits Bergers proposent des pelotes intégralement en laine de mouton

En association avec la Ferme de Beaumont (Essonne), la Ferme des P’tits bergers dévoile son nouveau fil en laine 100 % mouton, disponible en pelotes et en écheveaux.

Depuis trois ans, Sandrine Drugeau travaille avec La Ferme de Beaumont pour proposer aujourd'hui une laine de moutons de race limousine croisée clun forest provenant de l’élevage de Valérie Sil.
Depuis trois ans, Sandrine Drugeau travaille avec La Ferme de Beaumont pour proposer aujourd'hui une laine de moutons de race limousine croisée clun forest provenant de l’élevage de Valérie Sil.
© A.B. - Horizons

À Chaussy, dans la Ferme des P’tits Bergers, Sandrine Drugeau se renouvelle sans cesse depuis son installation il y a quatre ans. Chaque année, elle innove en proposant un ou plusieurs produits issus de son cheptel, comme des vêtements, des pelotes ou des accessoires en mohair, ou encore des savons à base de lait de chèvre.

Le mois dernier, l’agricultrice a lancé son premier fil en laine 100 % mouton en collaboration avec Valérie Sil, éleveuse au sein de la Ferme de Beaumont, située à Valpuiseaux en Essonne. « Je travaille depuis trois ans avec Valérie Sil, explique-t-elle. Elle élève des moutons à viande de races solognote, limousine et clun forest. Ce mélange de races offre des laines vraiment intéressantes pour plusieurs types d'utilisation. Puisqu'elle fait pâturer ses bêtes sur des couverts sans ronces ou mauvaises herbes, leur laine ne se salit que très peu. Cela représente un réel avantage pour cette production ».

Promouvoir la laine des producteurs de viande

Afin de valoriser cette laine habituellement jetée ou cédée au tondeur, et après trois ans de sélection, Sandrine Drugeau a enfin pu en transformer 120 kilos durant l’été. « Je voulais prouver à Valérie que sa laine, au même titre que sa viande, était de très bonne qualité et qu’elle méritait elle aussi d’être travaillée, précise-t-elle. Cela envoie par ailleurs un message positif aux éleveurs ». Cette laine est aujourd’hui transformée dans la filature de Niaux, installée dans les Pyrénées. Ce fil 100 % mouton, baptisé « fil Beaumont », a permis à l’éleveuse loirétaine de confectionner des écharpes, des layettes, des bonnets ainsi que des pelotes avec « une laine de mouton pure, douce et gonflante pour tenir bien chaud ». « Cet échange nous permet de travailler entre éleveuses, se réjouit Sandrine Drugeau. De son côté, Valérie propose aussi à la vente quelques produits fabriqués avec sa laine, ce qui met en avant sa viande, car une belle laine est synonyme d’animaux en bonne santé ».

Un stock limité et des articles en pré-commande

Le fil Beaumont est disponible en écheveaux de 100 grammes, ainsi qu'en pelotes de 50 et 100 grammes. Cette laine, tricotée en double, permet de réaliser des tricots de « type irlandais ». En fil simple, elle est particulièrement adaptée pour réaliser des bonnets et des accessoires de layette. Pour le moment, la laine n'est vendue qu'en fils écrus, sans teinture. Mais à la demande, Sandrine Drugeau sera ravie d'y apposer des couleurs : « Au printemps si des clients me le réclament, je pourrai leur proposer une teinture avec les plantes cultivées sur la ferme », affirme-t-elle. Désormais, son objectif est de terminer, d’ici la fin de l’hiver, le tri de sa propre laine de mouton shetland afin de proposer un fil filé en pré-commande, tout en continuant à travailler sa laine angora.

Toujours en collaboration avec la Ferme de Beaumont, des semelles en laine de mouton sont disponibles à prix réduit en pré-­commande (12 euros au lieu de 14). Enfin, face au succès de ses savons au lait de chèvre angora, une seconde production devrait être présentée au printemps 2024.

+ d'infos :

Découvrez le fil de laine Beaumont sur le site de la Ferme des P'tits Bergers.

À l'occasion des fêtes, découvrez aussi Les infusions 100 % loirétaines « Bonjour bonsoir » d'Antoine Rauline

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
S'abonner
Pour profiter de l'intégralité du contenu de notre site Internet, recevoir votre journal papier dans votre boîte aux lettres…
Jeudi 6 juin, à Illiers-Combray. Le robot Orio de Naïo technologies désherbinant du maïs a été l'un des centres d'intérêt des adhérents de la Scael lors de cet Agricampus.
Un AgriCampus ensoleillé pour les adhérents de la Scael
Le groupe coopératif Scael a organisé son traditionnel Agricampus jeudi 6 juin, sur une plateforme à Illiers-Combray. Plus…
Vincent Portier vit sa première campagne en tant que producteur de fraises à Tour-en-Sologne. Pour le moment, la récolte se passe bien malgré un manque de main d'œuvre qui pose des soucis au quotidien.
Vincent Portier lance sa première récolte de fraises
Les fraises sont de sortie et les cueilleurs s’activent pour remplir les barquettes de 250 ou 500 grammes. Vincent Portier,…
Le 23 mai, à Digny. La Chambre et Terres Inovia, Dominique Delaunay (à d.) et julien Charbonnaud (de dos), ont fait le tour de l'actualité autour du colza et présenté quarante-six variétés.
Colza : l'actualité et quarante-six variétés alignées à Digny
La chambre d'Agriculture, en partenariat avec Terres Inovia, a proposé le 23 mai chez Alexis Bouchard à Digny, une visite de…
Publicité