Aller au contenu principal

Les salades du futur poussent aux Crudettes

L’entreprise Les Crudettes développe un projet de serres innovantes où des salades poussent hors-sol, sans pesticides, toute l’année.

Les salades cultivées en aéroponie arrivent à maturité au bout de six semaines. C’est un peu moins qu’en culture de plein champ.

Mardi 6 octobre, une journée dédiée au « futur de l’alimentation » en Centre-Val de Loire a eu lieu, orchestrée par l’agence régionale de développement économique Dev’up. Elle a fait découvrir à un groupe de journalistes ce que pourraient être les salades de demain.

Les Crudettes, spécialiste des salades et crudités prêtes à manger, mène depuis dix-huit mois le projet de recherche Cap’vert à côté de son usine de Châteauneuf-sur-Loire.

Dans une serre de 3000 m2 où l’on ne pénètre qu’en tenue de protection, des rangées de salades poussent à perte de vue, comme posées sur de longs chariots blancs. Les plants passent trois semaines en nurserie sur des petits carrés de mousse nutritive puis sont repiqués ici, sur des plaques prédécoupées qui avancent automatiquement.

En suspension dans une chambre obscure, les racines se développent grâce à une brume d’eau et de nutriments. En surface sont reproduites des conditions idéales de température, luminosité, hygrométrie…

Au bout de six semaines, les salades sont de bonne taille, propres, appétissantes, prêtes à être coupées et ensachées.

Cette technique de production, appelée aéroponie, présente plusieurs avantages. Le directeur des Crudettes, Thierry Dubois, explique : « En hiver, en France, une salade de plein champ gèle. On s’approvisionne alors en Espagne et en Italie. L’aéroponie est la solution pour produire localement, douze mois sur douze, en complément du plein champ ».

Le procédé permet de produire des salades sans pesticides et de réduire drastiquement la consommation d’eau : « En plein champ, il faut environ 90 litres d’eau pour produire un kilo de salades en sachet. Avec cette technologie, on sera en dessous de 10 litres », compare le responsable.

Beaucoup moins pénible qu'en plein champ, la récolte des salades se fait « à hauteur de hanches » et « en dynamique » en aéroponie, ce qui laisse entrevoir une « opportunité de recréer de l’emploi localement ».

L’entreprise et ses partenaires multiplient les tests et la modélisation de données afin d'améliorer la performance de cette serre innovante : optimisation de la recette lumineuse, rationalisation de l'espace…

Résultat : « En dix-huit mois, on a augmenté la quantité produite de 75 % », pour une qualité nutritive et organoleptique « équivalente à celle des salades de plein champ », annonce Thierry Dubois.

Prochaine étape : embrayer sur une production industrielle et faire essaimer ce type de serre, en accompagnant les agriculteurs intéressés.

Car Les Crudettes ont l'objectif, d'ici à cinq ans, de s'approvisionner pour un tiers en salades produites en aéroponie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité