Aller au contenu principal

Portrait
Louis, Marc et leurs tiny houses

Marc Arnal et Louis Graffeuil sont deux jeunes entrepreneurs basés à Ouzouer-des-Champs, dans le Loiret. Leur projet ? Des tiny houses, de petits hébergements écologiques 100 % autonomes. Rencontre.

Marc Arnal et Louis Graffeuil se sont rencontrés sur les bancs de l’école. Après avoir mis un pied dans le monde professionnel, les deux amis avaient la volonté de monter leur propre affaire, empreinte de leurs engagements personnels.

C’est à la croisée de ces envies qu’est né Bucoli, en mars 2020.

Les deux jeunes hommes investissent alors dans des hébergements écologiques en bois complètement autonomes en eau, en électricité et en chauffage. Leur but est de les installer en pleine nature, afin d’inviter les jeunes urbains à s’évader au vert.

« C’est assez simple d’avoir de l’autonomie lorsque l’on fait des concessions sur le confort. Avec la tiny house, nous avons les deux », affirme Louis. Les terrains appartiennent à des exploitants agricoles.

« Ils peuvent ainsi proposer leurs produits ou ceux du terroir local. Ils sont acteurs de l’agrotourisme et peuvent se diversifier sans investir », assurent les entrepreneurs.

Aujourd’hui, Marc et Louis ont placé une tiny house dans l’Yonne. Et leur projet d’hébergement insolite dépasse de loin leurs espérances. « Depuis l’installation de la tiny house en septembre, nous avons tout le temps du monde. Ça nous encourage à développer le concept. Les 20-35 ans ont la volonté de se déconnecter. Cette génération a une sensibilité pour les circuits courts et le consommer local. »

La tiny house, traduction anglaise de "maisonnette", a une capacité d’accueil de deux personnes et est à 40 % vitrée. « Cela donne l’impression de dormir à la belle étoile », explique Marc.

Bucoli

L’idée des deux amis est de mettre en place des partenariats sur plusieurs années. Louis répète qu’il s’agit d’un procédé gagnant-gagnant : « Nous investissons dans les hébergements, nous les installons, nous payons les assurances et nous nous chargeons d'avoir les autorisations auprès de la mairie. L’exploitant, lui, met à disposition son terrain et prend en charge l’entretien ».

Ils garantissent à l’agriculteur un revenu moyen de 500 euros par mois.

« En plus de pouvoir à sa guise proposer ses activités, le propriétaire ne gère ni l’accueil, ni le départ des clients. La remise des clés se fait par code via un boîtier. Il n’est pas contraint par les horaires. Il reste exploitant agricole. Et nous nous chargeons de chercher des voyageurs. »

Marc et Louis insistent pour que leur projet demeure une expérience écologique unique, pour les touristes et le propriétaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité