Aller au contenu principal

Plants de pommes de terre : « les risques doivent être compensés par une juste rémunération »

Josselin Maréchal, maraîcher et horticulteur dans l’Oise, est aussi agriculteur en grandes cultures et producteur de plants de pommes de terre pour différents obtenteurs. Une production de plus en plus risquée et coûteuse que seuls des prix intéressants permettront de maintenir.

Josselin Maréchal croit à la pérennité de la filière car « la pomme de terre reste un légume apprécié des consommateurs et il faudra suffisamment de plants pour assurer la production ».
Josselin Maréchal croit à la pérennité de la filière car « la pomme de terre reste un légume apprécié des consommateurs et il faudra suffisamment de plants pour assurer la production ».
© D.L.-C.

«C’est une production qui me plaît. Sur environ 30 à 35 hectares, je multiplie des plants de pommes de terre de consommation ou d’industrie de différentes variétés : Mikado, Chérie, Opale, Aventis, Harry, Daisy… L’itinéraire technique est délicat, les contrôles pointilleux et cette production devient risquée », se désole Josselin Maréchal, maraîcher et horticulteur à Babœuf, dans l’Oise. Il n’est pas le seul à s’interroger. Les producteurs de plants se découragent et en 2023, 2 200 hectares ont été perdus sur le secteur du Comité nord. « Si cela continue, on va finir par manquer de plants », s’inquiète-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité