Aller au contenu principal

Retour sur les quelques semaines d'une mobilisation exemplaire avec les Euréliens

La FNSEA et Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont manifesté avec détermination depuis l'opération de retournement des panneaux en novembre, jusqu'au 2 février et la levée des points de blocages.

«On marche sur la tête ! ». Avec ce simple slogan et les opérations de retournement des panneaux d'entrée des agglomérations, la FNSEA et Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont entamé fin novembre dernier, un mouvement de mobilisation qui les conduira jusqu'aux portes de Paris quelques semaines plus tard.

La pression monte

Mais d'abord, début décembre, les deux syndicats obtiennent une rencontre avec le conseiller agricole d'Emmanuel Macron, Mathias Ginet. Ils l'emmènent sur le terrain pour qu'il puisse constater que les caprices de la météo peuvent conduire un exploitant à ne pas pouvoir appliquer certaines règles trop rigides, pour l'alerter sur l'effet ciseaux de la hausse des charges combinée à la baisse des prix du grain, pour lui montrer dans quelles impasses conduit la suppression de nombreux produits ou encore pour lui expliquer les difficultés à l'export…

Trois jours plus tard, sous l'impulsion de Jeunes agriculteurs, un petit coup de pression est mis sur l'État avec une mobilisation plus bruyante sous les fenêtres des sous-préfectures de Nogent-le-Rotrou et Châteaudun : « Après avoir retourné les panneaux gentiment, nous avons voulu monter d'un cran », soulignait le président de JA 28, Guillaume Chenu, dénonçant la transition agroécologique à marche forcée, les interdictions sans solutions ou la surtransposition des règles européennes.

La trêve des confiseurs passée, ce sont les éleveurs de la FNSEA et de JA qui reprennent le flambeau de la contestation mi-janvier, en investissant deux enseignes de la grande distribution du secteur de Nogent-le-Rotrou pour dénoncer les pratiques de l'industriel laitier Lactalis, qui s'assoit sur les dispositions de la loi Égalim.

Accélération

Tandis que les mobilisations agricoles s'intensifient dans le Sud-Ouest de l'Hexagone, les événements s'accélèrent singulièrement fin janvier. Ainsi le 26, sous l'impulsion des FNSEA et Jeunes agriculteurs, plus de deux cents tracteurs du secteur viennent bloquer le péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines. Et ce jour-là, très attendue, la série d'annonces du Premier ministre ne convainc personne…

Deux jours plus tard, une action est menée sur les autoroutes d'Eure-et-Loir, qui s'achève sur l'aire de péage de Chartres-nord où l'ensemble des parlementaires euréliens est sensibilisé aux difficultés récurrentes des agriculteurs. Devant eux, les élus manifesteront leur total soutien au mouvement.

Le lendemain, 29 janvier, un nouvel appel à mobilisation est lancé par les syndicats du Grand bassin parisien élargi aux départements limitrophes. Il s'agit cette fois d'assiéger la capitale en bloquant ses principales voies d'accès (A1, A4, A5, A6, A10, A13, A15, A16). Les Euréliens franchissent cette fois la barrière de Saint-Arnoult pour aller s'installer un peu plus loin à hauteur de la gare de Longvilliers (Yvelines), puis de l'aire de Limours-Janvry sur l'A10 dans l'Essonne. Là comme ailleurs, les exploitants érigent des « bases de vie » et mettent en place des roulements pour tenir, jour et nuit.

Le 30 janvier, sur l'A6, l'A10 et l'A13, les tracteurs progressent de plusieurs kilomètres vers la capitale jusqu'au contact des forces de l'ordre. Une manière d'accentuer la pression sur les négociations et de montrer la détermination des participants.

Le 2 février, les agriculteurs lèvent leurs blocages. La veille, le Premier ministre, Gabriel Attal, avait fait de nouvelles annonces, accédant à une partie des demandes exprimées. Lors d'une conférence de presse, les présidents de la FNSEA et de JA, Arnaud Rousseau et Arnaud Gaillot, annonçaient alors la levée progressive des barrages.

Rendez-vous au Salon

Rendez-vous est donné au Salon de l'agriculture pour constater si les promesses ont bien été suivies d'actes.

 

Lire aussi La mobilisation se transforme et  Retour sur les points de blocage en Île-de-France ouest

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
S'abonner
Pour profiter de l'intégralité du contenu de notre site Internet, recevoir votre journal papier dans votre boîte aux lettres…
Jeudi 6 juin, à Illiers-Combray. Le robot Orio de Naïo technologies désherbinant du maïs a été l'un des centres d'intérêt des adhérents de la Scael lors de cet Agricampus.
Un AgriCampus ensoleillé pour les adhérents de la Scael
Le groupe coopératif Scael a organisé son traditionnel Agricampus jeudi 6 juin, sur une plateforme à Illiers-Combray. Plus…
Vincent Portier vit sa première campagne en tant que producteur de fraises à Tour-en-Sologne. Pour le moment, la récolte se passe bien malgré un manque de main d'œuvre qui pose des soucis au quotidien.
Vincent Portier lance sa première récolte de fraises
Les fraises sont de sortie et les cueilleurs s’activent pour remplir les barquettes de 250 ou 500 grammes. Vincent Portier,…
Le 23 mai, à Digny. La Chambre et Terres Inovia, Dominique Delaunay (à d.) et julien Charbonnaud (de dos), ont fait le tour de l'actualité autour du colza et présenté quarante-six variétés.
Colza : l'actualité et quarante-six variétés alignées à Digny
La chambre d'Agriculture, en partenariat avec Terres Inovia, a proposé le 23 mai chez Alexis Bouchard à Digny, une visite de…
Publicité