Aller au contenu principal

Viticulture
Un contrat de filière pour les AOC Cheverny et Cour-Cheverny

Le 6 juillet avait lieu la signature de contrat de filière entre la Région, représentée par Temanuata Girard, et le Syndicat des vins AOC Cheverny et Cour-Cheverny, présidé par Michel Gendrier.

Le 6 juillet, à la Ferme de ­l’Ormetrou, où sont plantées les vignes de Chambord depuis 2015, avait lieu la signature du contrat de filière entre le Syndicat des vins AOC Cheverny et Cour-Cheverny et la Région Centre-val-de-Loire. Michel ­Gendrier, président du syndicat, a fait part à l’auditoire de sa joie de pouvoir signer le contrat de filière « ici, à la Ferme de l’Ormetrou, sur le domaine de Chambord où existe la renaissance d’un vignoble ».

Un fort dynamisme

Le président du Syndicat des vins AOC Cheverny et Cour-­Cheverny a présenté brièvement les deux appellations : « Les deux AOC ont vu une augmentation des vignobles de 400 à 800 hectares alors qu’il existe une baisse au niveau national ».

Ce dynamisme sur la zone géographique des deux appellations permet d’offrir également des emplois. « Un emploi par hectare, précise le président du syndicat. Ce qui est considérable ».

De son côté, Lionella Gallard, la maire de Cheverny, a détaillé : « Pendant longtemps Cheverny était associé à son château, et bien désormais la ville est associée à la qualité de ses vins, sans parler d’un fort dynamisme économique avec des investisseurs qui nous rejoignent et des emplois qui se créent ».

Un accompagnement de 94 840 euros

La Maison de Cheverny a même redéfini toute sa communication avec un logo repensé ainsi qu’une signalétique entièrement refondée. Les deux appellations s’inscrivent aussi dans une démarche de transformation agroécologique avec pour ambition de supprimer d'ici à 2023 le désherbage chimique sur 25 % de la surface des deux AOC. Toutes ces ambitions ont donc besoin d’aides financières. C’est pour cela que la Région a signé un contrat de filière et surtout d’accompagnement à hauteur de 94 840 euros sur les quatre années du contrat. « La Région est présente pour vous accompagner et c’est toujours un plaisir de pouvoir signer un contrat de filière locale pour faire la promotion d’un terroir sublimé par des hommes et des femmes passionnés », a précisé Temanuata Girard, vice-­présidente du conseil régional.

Un bel avenir pour les vins de Loire

Les deux appellations permettent aux vins de Loire d’obtenir un meilleur crédit auprès des étrangers comme des investisseurs. Jérôme Tourbier, créateur et dirigeant de l'hôtel-restaurant les Sources de Cheverny, explique « qu’avec le réchauffement climatique, les vins de Loire vont être amenés à devenir des vins avec une meilleure qualité ». « La marque Cheverny parle énormément aux clients qui aiment se tourner vers des vins plus doux et rafraîchissants, de plus l’alliance avec Chambord est formidable pour l’avenir », détaille Jérôme Tourbier.

Au-delà d’une signature de contrat de filière, c’est un pacte sur l’avenir qui vient de naître avec deux châteaux qui vont devenir deux marques de vins incontournables dans le paysage viticole français.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité