Aller au contenu principal

Un redéploiement du chanvre avec Planète chanvre

Planète chanvre propose la contractualisation de nouvelles surfaces en chanvre au nord de la Seine.

© Archives

Aujourd’hui, cultiver du chanvre devient de plus en plus pertinent. Dans ce contexte, Planète chanvre propose de nouvelles surfaces, en vue du futur agrandissement de ses capacités.

Le chanvre apporte des réponses techniques aux problèmes actuels : réduction des adventices ­(quasi-absence de graminées constatée sur la culture suivante, blé ou betterave), absence d’utilisation de phytosanitaires, une culture possible deux ans derrière des betteraves traitées aux néonicotinoïdes (NNI), un effet précédent de + 8 % mesuré par Terres Inovia grâce à la fissuration du sol, et une très bonne valorisation des apports organiques (digestat, fumier…).

Le chanvre, une fois l’implantation réalisée en avril, est capable de résister à la canicule comme il l’a encore prouvé cet été 2022.

De nouvelles solutions de récolte seront disponibles pour augmenter les rendements paille et graine. La durée de la récolte sera réduite et l’agriculteur aura maintenant la capacité d’être autonome s’il le souhaite ou alors d’avoir recours à des moyens mutualisés.

« Les marchés développés par Planète chanvre sont par nature mieux rémunérés (la graine en alimentation humaine plutôt que l’oisellerie, la fibre vers le textile plutôt que le papier, la chènevotte vers la construction durable plutôt que la litière). Ces marchés sont existants et structurés dans des filiales que nous avons mises en place. Nous sommes à présent en mesure d’aller chercher de la valeur pour augmenter de façon significative les prix d’achat de la paille », explique Franck Barbier, président de Planète chanvre.

Nouvelle usine en 2024

Pour augmenter maintenant les volumes vers ces marchés, ­Planète chanvre recherche de nouvelles surfaces dans le cadre de contrats à des prix supérieurs, au nord de la Seine. Une nouvelle usine sera installée en 2024 sur le site d’Aulnoy. Le projet est soutenu par la Région Île-de-France et l’Agence de l’eau. Des subventions sont aussi disponibles pour financer du matériel de récolte et des hangars de stockage.

Les marges obtenues sont à présent en ligne avec les autres cultures, grâce aux nouveaux prix et à la nouvelle technique de récolte proposée. De plus, la rémunération du carbone attendue pour cette plante viendra s’ajouter aux résultats. L’interprofession ­Interchanvre met au point une méthode de calcul qui valorisera le CO2 fixé dans les tiges (pour le textile, l’automobile, la construction). Une valorisation à 200 euros/­hectare est attendue à l’horizon 2024.

Cultiver 5 à 10 % de sa sole, avec 7 hectares minimum, est la solution proposée par Planète chanvre pour aussi répondre à la Pac 2023.

+ d'infos :

Pour tout renseignement, envoyer un mail à egrange@­planetechanvre.com ou contacter Franck Barbier au 06.10.97.03.38.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité