Aller au contenu principal

Maraîchage
Une production d'asperges vertes en baisse

Premier bilan de la saison des asperges, qui touche à sa fin. Si la demande reste constante, l'humidité et la pluie n'ont pas favorisé la croissance du légume.

Les amateurs d'asperges vertes n'ont plus qu'une semaine ou deux pour les déguster, la fin de leur saison étant toute proche. Cette année, les volumes de production se sont avérés moins importants comparés à l'an dernier, la faute à une météo très humide il y a quelques semaines. « Du 1 er au 15 mai, nous avons peu récolté. Au lieu de les cueillir tous les jours, nous l'avons fait tous les trois jours. Maintenant, il fait plus chaud mais les jours rallongent aussi, la plante s'épuise et devient plus fragile. Au 10 ou 11 juin, nous arrêterons tout », indique Philippe Noyau, agriculteur en polyculture au Gaec Le Boël, à Nourray, et par ailleurs président de la chambre régionale d'Agriculture. Quant à l'impact du gel, la situation s'est avérée hétérogène. « Nous avons eu peu de dégâts au Gaec, mais des collègues, dont la culture était avancée, ont eu des plants gelés en extérieur », précise ­Philippe Noyau.

Prix de vente en hausse

Même si la récolte n'est pas achevée, l'agriculteur estime cette année à 20 tonnes sa production d'asperges vertes, pour une surface de 8 hectares ; 60 tonnes au total pour le groupement de huit producteurs au sein de la ­coopérative Axéréal dont il fait partie. « C'est une saison atypique, nous faisons un peu en dessous de l'année dernière ». Quant à la demande, si l'asperge reste un produit prisé par les consommateurs — « c'est un légume à la mode » —, celle-ci n'a pas été très forte, en raison là encore de la météo. « Elle est associée aux beaux jours et comme il n'a pas fait beau, les consommateurs avaient moins envie d'en manger », renchérit Vincent Rogez, responsable de l'activité fruits et légumes chez Axéréal. Pour satisfaire la clientèle, il n'y a pas eu de stockage, l'approvisionnement s'est fait sous tension. 

Cette production en baisse a induit un prix de vente en légère hausse pour le groupement de producteurs, qui commercialisent le produit sous la marque Asperge verte Chambord aux grossistes et grandes surfaces. Impossible pour autant à Vincent Rogez de donner un chiffre sur l'augmentation constatée : « C'est trop tôt, la saison n'est pas encore finie, et le marché est disparate », de 6,50 euros le kilo à Blois à 14 euros à Paris.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
La moisson est terminée dans le département et des tendances se dessinent, sans résultats définitifs pour l'instant.
Les tendances de la moisson en Loir-et-Cher
Les chiffres des rendements concernant les céréales sont chaque année grandement attendus. Frédéric Cadoux, conseiller grandes…
Publicité