Aller au contenu principal

Maraîchage
Une production d'asperges vertes en baisse

Premier bilan de la saison des asperges, qui touche à sa fin. Si la demande reste constante, l'humidité et la pluie n'ont pas favorisé la croissance du légume.

Les amateurs d'asperges vertes n'ont plus qu'une semaine ou deux pour les déguster, la fin de leur saison étant toute proche. Cette année, les volumes de production se sont avérés moins importants comparés à l'an dernier, la faute à une météo très humide il y a quelques semaines. « Du 1 er au 15 mai, nous avons peu récolté. Au lieu de les cueillir tous les jours, nous l'avons fait tous les trois jours. Maintenant, il fait plus chaud mais les jours rallongent aussi, la plante s'épuise et devient plus fragile. Au 10 ou 11 juin, nous arrêterons tout », indique Philippe Noyau, agriculteur en polyculture au Gaec Le Boël, à Nourray, et par ailleurs président de la chambre régionale d'Agriculture. Quant à l'impact du gel, la situation s'est avérée hétérogène. « Nous avons eu peu de dégâts au Gaec, mais des collègues, dont la culture était avancée, ont eu des plants gelés en extérieur », précise ­Philippe Noyau.

Prix de vente en hausse

Même si la récolte n'est pas achevée, l'agriculteur estime cette année à 20 tonnes sa production d'asperges vertes, pour une surface de 8 hectares ; 60 tonnes au total pour le groupement de huit producteurs au sein de la ­coopérative Axéréal dont il fait partie. « C'est une saison atypique, nous faisons un peu en dessous de l'année dernière ». Quant à la demande, si l'asperge reste un produit prisé par les consommateurs — « c'est un légume à la mode » —, celle-ci n'a pas été très forte, en raison là encore de la météo. « Elle est associée aux beaux jours et comme il n'a pas fait beau, les consommateurs avaient moins envie d'en manger », renchérit Vincent Rogez, responsable de l'activité fruits et légumes chez Axéréal. Pour satisfaire la clientèle, il n'y a pas eu de stockage, l'approvisionnement s'est fait sous tension. 

Cette production en baisse a induit un prix de vente en légère hausse pour le groupement de producteurs, qui commercialisent le produit sous la marque Asperge verte Chambord aux grossistes et grandes surfaces. Impossible pour autant à Vincent Rogez de donner un chiffre sur l'augmentation constatée : « C'est trop tôt, la saison n'est pas encore finie, et le marché est disparate », de 6,50 euros le kilo à Blois à 14 euros à Paris.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité