Aller au contenu principal

Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs

Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur l'exploitation de Paul Dubray, président du syndicat local du Vexin et administrateur de la FDSEA.

Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise), assise sur un banc dans un grand hangar de l'exploitation de Paul Dubray, conseiller départemental en charge de la ruralité et des relations avec le monde agricole, président du syndicat local du Vexin et administrateur de la FDSEA Île-de-France, Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, écoute les doléances de la trentaine d'agriculteurs présents. « Aujourd'hui, on n'en peut plus, résume Paul Dubray. À quoi sert-on si on continue à faire venir des produits de l'étranger ? ». « Qui a envie de se faire insulter dès que l'on sort le tracteur et le pulvérisateur ? Quel jeune peut investir des montants conséquents sans avoir une rentabilité correcte par la suite ? », interroge Nicolas Hervin, vice-président de JA Île-de-France. Damien Radet, secrétaire général de la FDSEA, poursuit : « On a porté des revendications qui sont restées lettre morte. Aujourd'hui, on attend des réponses concrètes ».

Du concret, ce sont aussi les innombrables exemples de situations administratives ubuesques rapportés par les agriculteurs présents. Une éleveuse de lait bio raconte qu'elle ne peut plus vendre de lait cru à ses transformateurs habituels pour cause de nouvelle règle sanitaire. Un exploitant déplore le manque d'aide au financement de certains matériels tels que le déchaumeur. Un autre explique qu'il ne peut pas installer de panneaux photovoltaïques pour cause de véto des architectes des Bâtiments de France, et que son projet de méthaniseur est bloqué par une association environnementale. Une jeune agricultrice rapporte que son projet de production de fraises est à l'arrêt depuis trois ans. Sans parler des 17 réglementations se rapportant à la haie…

Retrouver une forme de dignité

Parfois l'assemblée sourit, comme lorsqu'un agriculteur raconte qu'il s'est fait traiter « d'assassin de vers de terre ». Le plus souvent, les mines sont graves. Les participants évoquent les couacs de transmission des dossiers entre l'État et la Région, qui retardent le paiement de leurs aides. Le constat est unanime : « Les normes tuent notre métier », dit un exploitant. Tous refusent d'être « biberonnés » avec des chèques de compensation. « Nous demandons simplement à vivre de notre métier dignement », résume Samuel Vandaele, secrétaire général de la FDSEA 77.

Lire notre article Les agriculteurs seine-et-marnais en colère se mobilisent

« Ce qui m'inquiète le plus dans la grogne actuelle, c'est que l'on me dise que les agriculteurs baissent les bras, que ça joue sur le moral des jeunes, déclare Valérie Pécresse. Que veut dire souveraineté alimentaire s'il n'y a pas de repreneurs ? Notre sujet est de convaincre les jeunes agriculteurs que leur métier vaut la peine d'être exercé ».

La présidente de la Région présente ensuite un nouveau dispositif régional pour la transmission des exploitations et l’installation des agriculteurs : l’aide cédant/repreneur. L'idée est de donner une aide forfaitaire de 30 000 euros à un agriculteur proche de la retraite qui transmet son exploitation à un jeune, en l'accompagnant pendant deux à cinq ans. Le dispositif sera soumis au vote de la commission permanente le 31 janvier prochain.

La visite de Valérie Pécresse touche à son terme, les agriculteurs repartent, prêts à se mobiliser dès le lendemain matin.

Lire notre article Les syndicats locaux de la FDSEA Île-de-France mobilisés

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité