Aller au contenu principal

Le CFPPA Rungis académie, nouveau centre de formation

Rattaché au campus Bougainville, le CFPPA Rungis académie a été inauguré le 23 juin. Les premières formations ouvriront en septembre prochain.

L’inauguration à Rungis (Val-de-Marne), jeudi 23 juin, du CFPPA Rungis académie, installé au cœur du Min, est un événement important, l’ouverture d’un CFPPA (Centre de formation professionnelle et de promotion agricole) étant rare en France.

Ce CFPPA cherche à répondre aux besoins du territoire, notamment Rungis, et aux acteurs du marché avec des formations dans des domaines peu investis (circuits courts, alimentation…).

Installé dans une ancienne banque au pied de la tour centrale du Min, le bâtiment du CFPPA ­Rungis ­académie s’étend sur 360 m2 répartis sur trois niveaux pouvant accueillir 45 jeunes pour des formations longues et courtes. S’il est rattaché au campus ­Bougainville de Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), un directeur, Éric ­Gautun, a été nommé dès septembre 2021.

À l’intérieur, accrochés aux murs, des tableaux représentent la diversité des métiers agricoles. « Sans fourche, pas de fourchette, a noté d’emblée le directeur de la Driaaf Île-de-France, ­Benjamin ­Beaussant, faisant ainsi le lien entre l’agriculture et le Min. L’ouverture de ce CFPPA préfigure également l’engagement de la Driaaf sur Agoralim ».

Quant au président du conseil d’administration du campus ­Bougainville, Louis-Daniel Champy, il a retracé dans une chronologie inversée le long chemin nécessaire pour aboutir à l’ouverture de ce nouveau site de formation francilien.

Le certificat CléA sera la première formation à ouvrir en septembre. Un BPREA autour du maraîchage et de l’agriculture urbaine suivra, puis dans un second temps ce sera un BTSA technique commerciale en alternance.

Deux hectares de la plaine de Montjean sont mis à la disposition du CFPPA par la commune de Rungis pour mettre en pratique les connaissances théoriques à travers des productions maraîchères et des petits élevages. Le toit de l’école Le Nôtre servira de site d’application pour l’agriculture urbaine. Les productions seront valorisées localement.

Le CFPPA fait partie de la Rungis académie qui regroupe différents centres de formation. Évoquant la crise des vocations, le président de la ­Semmaris (société de gestion du Min), Stéphane Layani, a insisté sur l’importance de « la souveraineté des talents ».

Dans ce sens, et alors que la représentation des métiers agricoles est usurpée, une campagne nationale de promotion est en cours. Parmi les visages mis en avant, Charles Pigot, polyculteur et producteur de pâtes à Vaudoy-en-Brie (Seine-et-Marne).

À noter également que le bus de l’aventure des métiers du vivant sera de retour en Île-de-France à partir d’octobre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité